La littérature Française tourne le dos à son époque, sacrifie une génération de lecteur au risque de tuer la pensée??

Que font nos grands écrivains contemporains ? Où sont les jeunes auteurs de talent ?
Notre époque littéraire est en voie de désertification.
J’aime lire et même si je n’ai plus, depuis longtemps, vingt ans, je suis passionné par l’époque que nous vivons et par les problèmes que doivent affronter les jeunes de notre temps. Or je ne trouve pratiquement (à l’exception des polars) aucun roman véritablement contemporain. Les grands auteurs s’intéressent soit à leur jeunesse des années cinquante, à la rigueur soixante, ou encore à leur problèmes post ménopausés comme l’admirable « exit le fantôme » de l’américain Philippe Roth qui ose, à travers son incontinence de vieillard, garder une certaine modernité.
Ils écrivent exclusivement pour un lectorat, hélas très majoritaire, de quinqua et plus.
On dit que les jeunes ne lisent pas. Quelque part, je peux les comprendre. Ils ne trouvent pas dans notre littérature l’univers qui est le leur.
Alors ils se réfugient dans le fantastique, la B.D. ou encore le polar (toujours et heureusement lui). Ils perdent le goût de lire et par contre coup, les grands éditeurs boudent ce que l’on appelle les jeunes adultes (les 18-35ans).
Accepter de zapper une, voire deux, générations de lecteurs potentiels est pour moi quasiment un crime intellectuel.
C’est dans cette fourchette d’âge que naissent les grandes idées, les indignations, la pensée qui va construire notre monde futur.
Je me souviens d’Albert camus. Un auteur résolument contemporain. Il a osé écrire : je n’aime pas ma mère. Ce qui, à son époque, pouvait être considéré comme une pensée inadmissible.
Mais c’est ainsi qu’il posait la première pierre d’une révolte contre l’ordre établi, une réponse à l’absurdité de la condition humaine et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir »

Je me souviens encore de la littérature dite « Beat » des Kérouac, Burrough, Castaneda, Timothy Leary…
De An Scott pour « Poussière d’Ange »
De Simon Liberati pour « Anthologie des Apparition »
Paquita paquin pour « 20 ans sans dormir »
De charles Duchaussois pour « Flash »…

Où sont les nouveaux auteurs pour prendre la relève de :

Albert Camus ( « L’homme révolté » On dirait aujourd’hui, Indigné.)
Simone de beauvoir
Francoise Sagan
Boris Vian
Alberto Moravia
Antoine Blondin
Romain Gary
Athony Burgess
William Faulkner
Michel Tournier
Et tant d’autres résolument dans une écriture au coeur de leur époque.

Les romans publiés par les grands éditeurs sont vieillots, politiquement corrects, désuets, élitistes, parisiens et fades.
Leurs personnages ne vivent pas avec un portable ou un ordinateur. Ils ne sont pas sur face book, ne s’envoient pas de SMS… Ils ne sont pas confrontés au monde virtuel, au stress de l’emploi, à la mondialisation, à l’écologie, à la domination des pouvoirs financiers… Ils n’habitent jamais en banlieue, ne fument jamais un pétard, ne se saoulent plus joyeusement, ne connaissent pas les rêves parties, n’écoutent pas de musique, ne subissent pas le dictat du tout va bien et du paraître…

Seraient-ils aussi inintéressants que cela ?

« »