Le sport de compétition : une exploitation des enfants.

Quand je vois ces bouts de chou (voir entre autre http://www.skullpat.com/enfants-gymnastes-chinois-3177/), tous ces jeunes sportifs mineurs qui ont rêvé de gloire sur les podiums ou dans les stades, sacrifiant leurs études, déformant leur corps en pleine croissance, manipulés par des affairistes inhumains : Je suis atterré. J’ai moi-même pratiqué le sport de compétition dans ma jeunesse. A 12 ans en natation, je passais trois heures tous les soirs à m’entrainer à la piscine de Molitor à Paris dans une eau sur- javellisée que ma vue restait brouillée jusqu’à mon coucher. J’étais tellement épuisé que je refusais de diner. Nous étions un élevage, du bétail, poussé à l’extrême pour ne sélectionner qu’un ou deux nageurs sur des centaines de bambins… Quant à l’école : chute brutale de mes résultats… Matinée à somnoler pendant les cours… Affaiblissement de mon organisme, rhumes en cascades… etc…
Combien sont-ils ces jeunes espoirs sacrifiés sur l’autel du « sport-fric » ?
Je ne suis ni contre le sport ni contre la compétition sportive payante mais je pense que l’on ne doit jamais y mêler les mineurs. J’inclus bien sur les J.O, formidable machine à fric.
Oui aux compétitions amateurs, sans partenariat professionnel.
Non à tout entraînement considéré comme une activité majeure sur un emploi du temps (Il faudrait définir une chartre de protection de l’enfance : ex : pas plus d’une heure par jour pour un sport spécifique dans un but de compétition, avant sa majorité, disons 18 ans)
Et aucun sportif mineur devant une caméra de télé ou dans tout média….

« »